Naissance de TeDomum

Article du blog historique, en date du 2012-09-06 13:02:02

Il n'y a pas six mois, j'hébergeais encore plus d'un millier de sites Web, des poignées de machines virtuelles un peu partout en France et en Europe. Les circonstances heureuses m'ont contraint à réduire sérieusement la cadence et à abandonner le statut d'entrepreneur pour un emploi plus que sympathique. Aussi, la majorité de l'infrastructure a été démentelée ou cédée ainsi que les contrats d'hébergement. Toutefois, de nombreux services étaient proposés ici ou là - certains très officiellement, d'autres beaucoup plus brouillons. Comme mettre à la porte les amis hébergés ou cesser de fournir tel ou tel petit service ferait bien mal au coeur, je compte bien tenir à flot cette plateforme devenue modeste mais tout à fait capable d'héberger un tas de monde.

De là émerge TeDomum, d'abord le nom réservé pour une tentative échouée de fédération d'hébergeurs indépendants, il est recyclé en une façade plus officielle et plus sympathique à l'ensemble des services qu'abrite ce qu'il reste de mon infrastructure. Comme je n'ai pas le temps de tout gérer seul, comme il est agréable aussi de partager une passion, je propose que nous administrions ce petit bout d'Internet ensemble. Pas n'importe comment et avec une organisation digne de la qualité des services recherchée, mais sur la base d'une communauté et du bénévolat. Les objectifs : fournir des services pas irréprochables mais très corrects, former les curieux ou les passionnés à l'administration système ou de service, rassembler les amateurs intéressés.

Comme précisé déjà sur la page d'accueil, même si je n'ai pour le moment pas trouvé le temps de remonter beaucoup de services, nous disposons d'un salon de discussion sur Jabber : tedomum@conference.kaiyou.org, où sont les bienvenus tous les intéressés par l'aventure, côté administrateurs ou utilisateurs des services. Dans un avenir très proche, j'envisage de relancer proprement les services mail, Jabber, noms de domaines, blogs, TeeWorlds et Minecraft (oui, même des jeux). La plateforme Web nécessite encore quelques heures de mise au point pour accueillir du monde quant à elle.